mainlevee.jpg

Comment devenir meilleur?

Steve Proulx|

Si vous jouez d’un instrument, vous avez sûrement entendu dire que « la musique c’est 5 % de talent, et 95 % de pratique ». Hé bien, Il se pourrait que ce dicton soit erroné sur les deux aspects.

 

Être gâté par la nature, bourreau de travail, ou les deux n’est plus forcément la clé de l’excellence. Dans son livre Talent is Overrated (2008), le journaliste américain Geoff Colvin rapporte que le développement d’une expertise ne viendrait ni tout à fait du don, ni tout à fait de l’effort. Ce serait plutôt le fruit d’une « pratique délibérée ».

 

La pratique délibérée (deliberate practice) est une trouvaille du professeur en psychologie de la Florida State University, K. Anders Ericsson. En gros, elle nous dit que ce n’est pas la QUANTITÉ de temps qu’on consacre à un art, une discipline ou un métier qui compte, mais COMMENT on s’y exerce. Nuance.

 

Mettre en œuvre la pratique délibérée est donc avant tout une question de méthode rigoureuse. Vous devrez notamment :

 

  • Décortiquer et identifier les différentes habiletés à maîtriser pour devenir un pro dans un domaine. Selon la complexité du domaine dans lequel vous voulez exceller, cette phase peut être plus ou moins longue. Devenir pilote de formule 1 ou astronaute vous demandera à coup sûr plus de documentation que de réussir vos soufflés au fromage à tous les coups;

 

  • Consacrer à la pratique un effort soutenu, intense et quotidien. Préparez-vous à d’importantes concessions sur votre emploi du temps. On ne devient pas marathonien en courant 20 km toutes les deux semaines, mais en donnant son meilleur sur 5 km, puis 5,5 le lendemain, puis 6 le surlendemain, et ainsi de suite;

 

  • Obtenir les rétroactions fréquentes d’un coach, d’un mentor ou d’un collègue. Sur le long et ingrat chemin vers l’excellence, ne vous imaginez surtout pas que vous vous suffirez à vous-même. Ne serait-ce que dans les périodes de doute (qui ne manqueront pas), vous serez bien content d’avoir quelqu’un à qui parler;

 

  • Pratiquer l’autocritique; analyser ses succès comme ses erreurs. Gardez la tête froide : rappelez-vous qu’il est normal d’avoir des passages à vide avant d’abandonner. Tâchez plutôt de savoir ce qui a bloqué, ou au contraire ce qui a permis cette performance inhabituelle;

 

  • Maintenir l’ambition d’atteindre des niveaux d’habiletés toujours plus avancés. Le mantra du praticien délibéré pourrait être : « Le meilleur moyen d’atteindre le sommet de la montagne, c’est de viser les nuages qui la couronnent ». Et n’oubliez surtout pas que s’asseoir sur ses lauriers est le principal piège qui vous attend sur la route de l’amélioration continue.

 

C’est donc la pratique délibérée pendant une longue période de temps qui mènerait à l’excellence. Bonne nouvelle? Pas sûr, Car convenons-en, découvrir ce qu’implique la pratique délibérée en fait un concept pas mal plus décourageant que de simplement serrer les dents et suer à grosses gouttes tout en étant sûr de parvenir à son but.

 

Parce que la pratique délibérée… c’est dur.


Category: