plana_planb.jpg

À go, on se réoriente!

Steve Proulx|

Fini le temps des emplois à vie. La mobilité professionnelle s’accroit toujours plus. Êtes-vous bien préparé à changer de cap?

Tous les sept ans : c’est la fréquence moyenne à laquelle les Canadiens changent d’emploi, selon Statistique Canada. Et les projections indiquent que cette durée devrait se réduire à cinq ans dans les prochaines années. Perspective angoissante pour certains, c’est aussi un bon prétexte pour brosser un bilan de son expérience et réorienter sa carrière.

Transitions en douceur

Qu’on soit tanné ou mis à pied, c’est souvent à la faveur d’une transition entre deux emplois que l’on décide de se réorienter. Cette pause, voulue ou non, doit permettre de se réconcilier avec des objectifs de carrière possiblement éclipsés par le train-train quotidien du boulot.

Comment? Il faut d’abord surmonter le sentiment d’échec qui accompagne souvent les trois phases d’une transition : la fin d’une situation, la période de flottement et le nouveau départ. Ce qui est important, c’est de voir la transition comme une expérience. Il y a des conditions pour réussir un nouveau départ, et une de celles-ci est de considérer ses expériences antérieures comme étant positives.

Améliorer son emploi, améliorer sa vie

Une réorientation se traduit rarement par un changement drastique de son profil professionnel. C’est la plupart du temps l’occasion rêvée d’aller chercher la compétence qu’il vous manque pour occuper un emploi complémentaire ou connexe à vos expériences passées. Nos goûts et nos objectifs changent constamment et la réorientation est souvent le tremplin qui mène vers un emploi offrant un meilleur salaire, mais surtout, qui propose de nouveaux défis à relever…

La carrière est une route où se présentent divers obstacles, et la réorientation est un moyen original de les contourner : plutôt que de passer par-dessus, on prend un autre chemin. Pourquoi pas un raccourci qui vous mènera plus rapidement à votre but?

Le monde est à vous!

Les ressources pour aider ceux qui veulent transformer leur carrière sont nombreuses. Mais tout d’abord, la première étape est d’analyser sa situation.

Couchez sur papier les compétences acquises à l’école ainsi que celles tirées de votre expérience de travail. Demandez-vous aussi si vous êtes fier de l’emploi que vous occupez en ce moment ou du domaine que vous avez choisi. Après ce remue-méninges personnel, vous aurez probablement une bonne idée de la tangente que vous aimeriez donner à votre carrière…

Si vous êtes sans-emploi, vous pourriez aller rencontrer un représentant de votre CLE (Centre Local d’emploi) qui vous guidera vers les bonnes formations financées par Emploi-Québec.

Si vous êtes déjà en emploi et que vous cherchez à parfaire vos connaissances dans un domaine précis, il y a toujours les cours à distance ou les cours de soir offerts aux adultes. Pourquoi aussi ne pas faire du bénévolat? Il est toujours intéressant d’inclure à son CV des activités bénévoles qui sont complémentaires à un emploi que vous ciblez. En plus, le bénévolat augmente l’estime de soi, un gros problème à surmonter en période de transition. Et il est important d’avoir plusieurs cordes à son arc, car toute personne qui ne fait qu’une chose professionnellement risque de tout perdre.

Enfin, il est important de faire une mise au point fréquente de sa situation professionnelle, en la confrontant à ses objectifs initiaux, tous les deux ans par exemple. La carrière fait partie intégrante de notre projet de vie. C’est la moindre des choses d’y mettre les efforts nécessaires pour qu’elle corresponde à nos intérêts et à nos rêves.


Catégorie: Actualités, Conseils pour la recherche d’emploi, Etudiants, Faits divers, Recrutement et gestion,