iStock_000002141255Small

Ces emplois qui ne mènent nulle part

Violaine Ducharme|

Certains emplois, comme guichetier dans un stationnement souterrain, n’offrent pas tellement d’occasions de se réaliser, et n’offrent pas non plus de perspective d’avancement de carrière. Et pourtant, certains les préfèrent. Une nouvelle étude nous dit pourquoi.

Trouvez-vous que les préposés à l’entretien du métro, les préposés aux postes de péage d’autoroute ou les gardiens de nuit ont un éclat d’ambition dans l’œil? Nous non plus.

Alors qu’un fort pourcentage de gens occuperaient ce genre d’emploi « en attendant mieux », au risque de vivre démotivation et frustration tant le poste offre peu d’horizons, certaines personnes choisiraient cet emploi sans issue véritable de façon volontaire et assumée.

Comment expliquer cette préférence? Le professeur de marketing Peter Ubel, de la Duke University Fuqua School of Business, et David Comerford, assistant professeur à l’Université Stirling, ont découvert que le phénomène de l’aversion de l’effort entrait en jeu.

Un goût pour le moindre effort
Leur étude, intitulée Effort Aversion: Job choice and compensation decisions overweight effort publiée dans le Journal of Economic Behavior and Organization en août 2013, soutient que les gens évitent souvent de choisir un emploi qui leur demande des efforts, même en sachant que cet emploi leur permettra de vivre des expériences plus enrichissantes.

Dans chacune des études effectuées, on a demandé aux participants de choisir entre un emploi peu demandant mais ennuyant et un autre plus exigeant, mais plus gratifiant et agréable. En incluant la notion de salaire qui vient récompenser l’effort supplémentaire fourni par rapport à l’emploi ennuyant, les chercheurs ont découvert qu’à moins d’être payée pour en faire plus, une personne sera plus portée à choisir un emploi qui lui demande un minimum d’engagement et d’effort, quitte à faire une croix sur la notion d’accomplissement.

Vous sentez-vous prisonnier d’un tel emploi?
Ne vous découragez pas: à toute chose malheur est bon, et toute expérience de la vie est susceptible de vous apporter quelque chose de positif. Quelques trucs pour tirer le meilleur parti d’un emploi qui vous bouche les horizons:

1. Listez les raisons pour lesquelles avez accepté l’emploi. Car enfin, personne ne vous a forcé! Faites ressortir le positif et remémorez-vous vos motivations premières.

2. Listez les compétences que vous avez acquises, même les plus infimes. Vous aurez un portrait juste de la valeur réelle de votre emploi.

3. Déterminez si le rôle que vous jouez chez votre employeur pourrait être mieux reconnu ailleurs; si vous passez inaperçu ici, vous serez peut-être célébré là-bas.

4. N’oubliez pas qu’on ne se définit pas seulement par notre travail…!


Catégorie: Actualités,