kathleen

Comment j’y suis arrivée : Kathleen Fuglewicz, spécialiste en comportement canin

Julie Marcil|

« J’aime les chiens, je les trouve drôles ! » s’exclame Kathleen Fuglewicz avec enthousiasme. Pourtant, ces animaux ont leurs mauvais moments, comme les humains. Et cette spécialiste en comportement canin a appris à les comprendre.

Après avoir exercé 36 métiers, Kathleen a trouvé sa voie auprès du meilleur ami de l’homme. Son travail, elle l’a appris à la fois à l’école et sur le terrain.

Vivant avec des chiens, elle a d’abord pris le temps de les connaître et de les observer au fil des ans dans différents contextes. Elle s’est initiée, en tant que cliente, au dressage et aux jeux d’agilité en suivant des cours avec ses animaux.

L’un de ses chiens ayant des problèmes majeurs de comportement, elle a dû pousser plus loin l’apprentissage. L’animal détruisait les meubles de la maison et tout ce qu’il trouvait sur son chemin. Visiblement, ça n’allait pas. Un vétérinaire a diagnostiqué une anxiété de séparation. En suivant les conseils du vétérinaire, les symptômes ont diminué, mais pour réapparaître un peu plus tard.

Après avoir lu tout ce qu’elle pouvait et fait des recherches pour trouver des solutions, Kathleen a décidé de consulter un spécialiste en comportement canin. Cette consultation a non seulement réglé le problème avec son chien, mais elle a été une révélation pour Kathleen Fuglewicz.

Psychologie canine
Elle s’est rendu compte qu’elle avait développé beaucoup d’outils et de connaissances au fil du temps, en travaillant elle-même avec ses chiens, et qu’elle avait des qualités inhérentes à ce travail. « J’avais déjà une bonne compréhension de l’animal, car j’avais un long cheminement derrière moi. » Il faut être observateur et très à l’écoute des besoins de l’animal pour détecter ce qui ne va pas et arriver à modifier le comportement du chien.

Elle a décidé d’approfondir ses connaissances et, après avoir étudié les différentes approches, elle a suivi une formation auprès de Coup de patte, des spécialistes en comportement canin qui sont dans le domaine depuis plusieurs années.

« Ils avaient une approche qui me plaisait, mi-théorique, mi-pratique, et axée sur la relation maître-chien », mentionne Kathleen.

Éducateur vs comportementaliste
« Il est important de faire une différence entre un dresseur et un spécialiste en comportement canin », souligne-t-elle. Le comportementaliste n’éduquera pas seulement le chien, mais réglera des problèmes de comportement, tels que des jappements excessifs, de l’agressivité, de la surexcitation, de l’autodestruction, etc.

Après plus de six mois de cours portant sur la biologie, l’éthologie et la psychologie animale, et de nombreuses études de cas et observations pratiques, Kathleen était prête à travailler avec sa propre clientèle. Tout en gardant des relations étroites avec ses formateurs, elle a lancé sa propre entreprise, Paws si bête [https://www.facebook.com/pawssibete]. Car les besoins sont grands, mais les bons spécialistes en comportement canin se font encore rares. « Je me sens bien avec les chiens », résume Kathleen Fuglewicz, heureuse de son choix de carrière.


Catégorie: Actualités, Conseils pour la recherche d’emploi, Etudiants, Faits divers,