Job search blunders

Comment passer votre futur employeur en entrevue (ou presque)

Philippine de Tinguy|

C’est un fait, l’entretien d’embauche sert à mieux connaître un candidat. Mais pour ce dernier, c’est également un bon moyen d’en savoir plus sur l’entreprise… Et sur son futur nouveau patron ! Voici les cinq signes qui ne trompent pas sur la compétence de ses futurs patrons.
 

La courtoisie, une question de culture
Vous patientez de longues minutes avant que l’on vienne vous chercher ? Les poignées de main de vos interlocuteurs sont molles et peu convaincues ? Les politesses d’usage ne semblent pas faire partie de leur vocabulaire ?
Si votre futur gestionnaire n’est pas tenu de dérouler le tapis rouge à votre arrivée, un minimum de courtoisie peut tout de même en dire long sur la culture de l’entreprise convoitée.
En effet, des marques de considération comme un bref échange ou un sourire franc avant le début de l’entrevue pourraient vous aiguiller quant au respect accordé aux employés. Et si vous croisez l’un d’eux au détour d’un couloir avec une mine réjouie, il y a de fortes chances pour que vous affichiez la même une fois embauché !

La disponibilité
Si, lors de l’entrevue, le recruteur ne cesse de regarder sa montre ou de pianoter sur son iPhone, c’est clairement que vous ne faites pas partie de ses priorités… Alors, imaginez quand vous ferez partie du personnel.
Dans un processus aussi important qu’un entretien d’embauche, vous devez sentir que vous êtes le centre de l’attention et que vous êtes écouté. Dans le cas contraire, ne vous attendez pas à ce que vos supérieurs aient du temps à vous accorder quand vous en aurez besoin.

Être rassembleur
L’entretien se déroule à merveille, le poste répond à vos attentes, mais qu’en est-il de vos futurs collègues ? Si votre interlocuteur s’annonce critique envers eux, ne pensez pas qu’il sera plus tendre à votre égard.
Un bon gestionnaire encourage l’esprit d’équipe. Il met l’emphase sur vos réussites communes, tout en sachant prendre le blâme en cas de mauvaises nouvelles. Un patron digne de ce nom sait donc s’effacer pour célébrer ses employés !

La transparence
Lors d’une entrevue, n’hésitez pas à questionner vos recruteurs quant au poste que vous convoitez. Que recherchent-ils ? Qui occupait le poste auparavant et pourquoi est-il parti ? Quels sont les objectifs à long terme ?
Si vous ne réussissez pas à obtenir de réponses claires concernant vos futures tâches ou que l’on évite de trop vous en dire quant au départ de votre prédécesseur, cela peut vouloir dire que cet emploi est tout simplement un cadeau empoisonné.
En cas de doute, allez-y franchement et demandez-en plus sur le taux de roulement de l’entreprise, sur les possibilités d’évolution, ou encore la mobilité des employés dans les différents services.

La fiabilité
L’entrevue se déroule à merveille et vous pensez avoir séduit vos interlocuteurs ? On vous promet une réponse rapide après les vérifications d’usage ? Bravo.
Votre recruteur décide de vous faire passer des tests complémentaires afin de vérifier vos aptitudes, qu’il jugeait pourtant excellentes à votre dernière rencontre ? Pire, vous recevez un appel vous informant que le poste n’est finalement plus à combler, dû à une restructuration quelconque ou à un changement stratégique ? Voilà le signe que votre gestionnaire ne se fait pas confiance… Pourquoi croirait-il davantage en votre jugement ? Félicitez-vous donc d’avoir échappé au pire !


Catégorie: Actualités, Conseils pour la recherche d’emploi, Etudiants, Faits divers, Recrutement et gestion,
 
  • Kim

    Félicitations! On parle peu de ce côté de la médaille : celui des interviewés. Dieu qu’on en voit de toutes sortes!