iStock_000018788682Small

Des homonymes embarrassants

Workopolis|

par Fanny Bourel

À l’ère numérique, partager le même nom qu’une personne à la mauvaise réputation peut être problématique. Comment gérer sa réputation quand on s’appelle Vincent Lacroix ou Gilles Vaillancourt?

Aujourd’hui, la plupart des recruteurs recherchent des informations sur Internet sur les candidats. Cette étape leur permet de vérifier la réputation d’un candidat, mais elle peut s’avérer fatale pour une personne qui partage le même nom qu’une autre personne connue pour de mauvaises raisons.

Si les recruteurs sont formés à faire preuve de discernement dans leurs recherches, il vaut mieux agir pour ne pas laisser un homonyme embarrassant nuire à sa carrière.

Optimiser son référencement
Avant de paniquer, il s’agit de statuer sur l’étendue du problème en effectuant une vérification de sa présence sur Internet. Mettre en place une alerte Google pour être au courant dès que son nom est mentionné ou utiliser un outil d’évaluation de la présence web comme Youseeme (youseeme.fr) sont des moyens d’y parvenir.

Si l’homonyme occupe la plupart des premières pages Google, il est possible d’améliorer son référencement sur Internet en y développant sa présence. Ouvrir des comptes sur des réseaux sociaux comme Twitter, LinkedIn ou Viadeo ou encore créer un blogue donnent de bons résultats en peu de temps. « Il faut être plus visible que l’autre », résume Jérôme Coutard, président de Filteris, une entreprise spécialisée en gestion d’identité numérique.

Rétablir sa réputation numérique est faisable soi-même, mais si l’on est peu habile avec Internet il est possible de faire appel à des professionnels, comme Filteris.

Faire connaître sa différence
Pour se distinguer vraiment de son homonyme, il est important de mettre l’accent sur sa spécialité professionnelle. « Twitter pour twitter n’est pas très intéressant, il faut cibler », souligne M. Coutard. Ainsi, le Luc Leclerc comptable se démarquera du Luc Leclerc… l’ingénieur ayant reconnu avoir reçu des pots-de-vin devant la commission Charbonneau.

Et si l’homonyme embarrassant évolue dans le même domaine professionnel, il s’agit d’insister sur ce qui permettra de se différencier. « Il est rare que deux homonymes aient le même âge, alors on peut miser sur cette différence », explique Sandrine Théard, consultante en recrutement et en formation. Elle conseille de détailler le plus possible son profil sur les réseaux sociaux afin de bien montrer que l’on n’est pas le même Vincent Lacroix que le tristement célèbre bandit à cravate.

Mettre une photo sur tous ses profils de réseaux sociaux est également une bonne manière de se faire connaître par son visage et non seulement par son nom. Il est important que cette photo soit identique sur tous les profils. « Il faut être uniforme pour qu’on puisse être bien reconnu », précise Mme Théard.

Ajouter l’initiale de son second prénom à son nom permet aussi de se différencier. Par exemple, le journaliste Michel C. Auger a choisi au début de sa carrière de se distinguer du journaliste Michel Auger grâce à l’initiale « C », bien que la réputation de ce dernier soit excellente…


Catégorie: Faits divers,