Senior adults with their adult children at home.

Habitez-vous chez vos parents?

Éric Grenier|

Si vous avez répondu oui à la question posée dans le titre, et que vous avez entre 30 et 33 ans, vous ne vous méritez pas un rendez-vous galant avec moi. Par contre, vous faites partie d’une grosse minorité canadienne.

Car 1 Canadien sur 5 âgé entre 30 et 33 ans habite toujours chez ses parents, selon un sondage de Yconic, une firme de consultants en communications et marketing jeunesses de Toronto. Chez les 25 à 29 ans, il y en presque 1 sur 3.

Tanguy économiques
Le magazine L’actualité tirait récemment un portrait relativement rose de la situation de la génération Y, à partir d’un indice maison. Pourtant, le sondage de Yconic laisse entendre que 43% – donc presque un sur deux – des 30-33 ans ne se sont toujours pas affranchis de la dépendance économique familiale.

Autrement dit : ils doivent quêter M’man et P’pa pour subvenir à leurs besoins de base! Notamment pour manger, mettre de l’essence dans la voiture, payer le loyer…

Ce n’est pas tant en contradiction avec l’indice de L’actualité. Car on y démontrait que le coût d’une maison par rapport au revenu moyen a augmenté de presque 50%. Certes, le salaire médian du groupe d’âge des 25-34 ans a légèrement augmenté, même en tenant compte de l’inflation. Mais le patrimoine accumulé est moins à cet âge est moins important aujourd’hui

Ah! Les dettes d’études…
C’est que les jeunes Y sont nettement plus scolarisés que les autres générations au même âge. Ce qui a eu pour effet de retarder leur entrée dans la «vraie vie» active du métro-boulot-dodo de plusieurs années.
Pour un salaire à peine mieux qu’il y a 25 ans. Tout en accumulant, pour ces études, d’importantes dettes.
Les dettes d’études des jeunes Québécois sont moins importantes que celles des autres Canadiens, il est vrai, mais pas moins existantes. Pour bien des étudiants issus des milieux ruraux, loin des villes universitaires, le logement concoure à augmenter de façon considérable le coût des études. L’effet est le même que des droits de scolarité élevés.

Selon le sondage Yconic, seulement 23% des jeunes Canadiens sont exempts de dettes (autres que l’hypothèque). Le tiers de 30-33 ans doit plus de 20 000 $.

Le rêve

Ce que le sondage Yconic montre, c’est les jeunes de la génération Y ne sont guère différents de leurs parents, à certains égards. Ils veulent une bonne job, une belle maison, une voiture qui a de l’allure, des enfants et une vie familiale épanouie. La totale. Comme leurs parents l’ont eue.

Mais leur situation personnelle actuelle ne laisse pas envisager cet idéal de sitôt. Mince consolation : ils vivront plus vieux que leurs vieux. Et auront donc plus de temps pour atteindre le saint Graal du monde moderne.

Vous pouvez télécharger les résultats du sondage par le site de Yconic.

 
Éric Grenier

Éric Grenier est journaliste. Il a été notamment rédacteur en chef du Magazine Jobboom, et est collaborateur aux magazines L’actualité et Protégez-vous.


Catégorie: Actualités, Faits divers,