Soudeuse

Intégrer des femmes pour rester concurrentiel

Annabelle Moreau|

Karine a 23 ans. Elle est soudeuse. Sans le savoir, son employeur a pratiqué la « mixité », même si sur le chantier elles sont seulement trois filles pour une trentaine de barbus. Pourquoi intégrer des femmes dans des métiers majoritairement masculins? Quels sont les avantages pour l’employeur?

Quand on parle de mixité de la main-d’œuvre, c’est le processus qui vise l’intégration des femmes dans des métiers majoritairement masculins (et inversement).

Un métier est considéré comme non traditionnel lorsqu’un sexe y est représenté à moins de 33 %. Selon Anick Druelle, coordonnatrice, Équité et mixité en emploi du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT), « Les femmes changent la culture et les habitudes dans les équipes, et cela est très positif. De plus, leur présence permet de briser les stéréotypes dans les milieux masculins. »

La mixité au quotidien

En tant qu’employeur, vous voulez savoir concrètement ce que la présence de travailleuses peut apporter à votre équipe? L’amélioration du climat de travail est l’un des principaux avantages : « Là où il y a des femmes, on modifie les façons de faire, et le climat s’en trouve amélioré. Une fois le cap de l’arrivée passé, il y a plus de convivialité au sein de l’équipe », souligne Cécile Demers, directrice du service d’employabilité du Centre des femmes de Montréal.

Pour Anick Druelle, ce sont la motivation et la productivité qui retrouvent un second souffle quand les femmes sont dans le coin : « Dans le cas des métiers où la force physique est sollicitée, dit-elle, les femmes permettent l’amélioration du design des outils et rendent le travail du reste de l’équipe plus facile. Ceci fait en sorte qu’il y a une augmentation de la productivité au sein d’une équipe plus motivée. » Mais ce n’est pas tout : « Les femmes amènent d’autres couleurs, elles sont souvent plus minutieuses, plus prudentes et attentives à la santé et la sécurité », ajoute Mme Demers.

Ces avantages contribuent à une saine concurrence et à l’évolution des conditions générales de travail que les employeurs auraient tort d’ignorer. Le Comité d’action pour la mixité en emploi de l’Outaouais (CAMEO) offre même une trousse et des capsules d’information pour les entreprises qui souhaitent intégrer des femmes dans leur équipe.

(http://cameo-outaouais.ca/)

La mixité selon les femmes

Les métiers majoritairement masculins font aussi face à une grave pénurie de main-d’œuvre, et les femmes sont la solution idéale pour pallier ce manque, selon Cécile Demers : « Ces emplois offrent de bonnes conditions de travail et une rémunération supérieure à ce qu’elles pourraient obtenir dans des domaines plus traditionnels ».

Sandra Doyon a été camionneuse pendant 11 ans. « Je l’ai fait pour l’aventure, le voyage, le défi, mais aussi pour la sécurité d’emploi », explique-t-elle. Son expérience comme conductrice de poids lourd a été enrichissante, même si cela a représenté des défis importants : « Pour percer dans ce métier, et dans d’autres où il y a plus d’hommes, il faut surtout de la persévérance, mais c’est aussi une question de personnalité. »

Si beaucoup de travail est encore à faire pour attirer les femmes dans des métiers non traditionnels, les garder en emploi est aussi un défi, car selon la Commission de la construction du Québec (CCQ), 62 % des femmes formées dans un métier de la construction ont quitté ce domaine après cinq ans.


Catégorie: Actualités, Recrutement et gestion,