jndt_300x225.jpg

Le 1er juin, rendez-vous au boulot sans quitter la maison!

Workopolis|

Toronto (Ontario), le 24 mai 2011 – Pour marquer le début d’un compte à rebours qui se terminera le 1er juin dans le cadre de la journée (officieuse) du télétravail, Workopolis révèle les résultats d’un sondage confirmant l’appui massif de la population envers la campagne qui a retenu l’attention du Parlement canadien en novembre dernier. À la lumière des nombreux avantages procurés par le télétravail, près de neuf travailleurs canadiens sur dix (88 %) sont d’accord pour dire que le gouvernement devrait appuyer la création d’une journée officielle du télétravail; 52 % des répondants sont fortement d’accord avec cette idée.

« Le travail n’est plus seulement un lieu physique; il s’agit davantage d’un rôle et d’un ensemble de responsabilités. Pour un nombre croissant de travailleurs, il est possible de s’acquitter de ses tâches peu importe l’endroit ou le moment de la journée », affirme le président de Workopolis, Gabriel Bouchard. « Les nouvelles technologies transforment l’essence même du travail. Les employeurs avant-gardistes ont déjà pris conscience de cette réalité et ils ajustent leurs activités en conséquence, notamment en facilitant les nouvelles méthodes de travail comme le travail à distance, ce qui leur permet réduire leurs frais d’exploitation au passage. »

D’un océan à l’autre, les Canadiens expriment leur appui

Une étude omnibus distincte révèle que le Québec et le Canada atlantique sont les régions les plus en faveur d’un soutien de l’État envers une Journée nationale du télétravail (80 % et 79 %, respectivement). Bien que les répondants habitant les provinces des Prairies n’appuient pas aussi massivement l’idée d’une participation de l’État, une grande majorité d’entre eux appuient l’initiative (66 % au Manitoba et en Saskatchewan et 65% en Alberta).

À ce jour, plus de 73 000 Canadiens ont manifesté leur appui pour la campagne de Workopolis dans Facebook.

Le télétravail fait déjà ses preuves

  • Au Royaume-Uni, la sixième édition annuelle de la semaine WorkWise s’est conclue le 20 mai 2011; 5,8 millions de personnes ont travaillé de la maison pendant la journée où il leur était permis de le faire. Sans surprise, lorsqu’on leur mentionne cette initiative, les Canadiens sont encore plus nombreux (91 %) à se prononcer en faveur d’une Journée nationale du télétravail.
  • Quatre Canadiens sur dix (43 %) indiquent que leur employeur actuel encourage le télétravail.
  • On rapporte déjà plusieurs cas de réussite au pays : à Calgary, la 2e édition de la semaine WORKshift a eu lieu du 18 au 22 avril 2011; à Ottawa, la mairie a récemment annoncé qu’elle allait investir 20 millions $ sur quatre ans pour mettre en œuvre un programme de télétravail touchant près de 2 000 de ses travailleurs; au Québec, un nouveau programme permet de « certifier » les employeurs respectant certaines normes en matière de conciliation travail/vie familiale, parmi lesquelles le télétravail.

Le télétravail profite autant aux travailleurs qu’aux employeurs et à la collectivité

Lorsqu’on leur demande d’énumérer les avantages associés au télétravail, les travailleurs mentionnent d’abord les économies de coûts; ensuite, la souplesse de leur horaire et la réduction du stress, tout juste devant la possibilité de s’occuper d’un proche malade, d’un parent âgé ou d’un animal domestique. En outre, près de neuf Canadiens sur 10 (88 %) travaillant à distance au moins une fois par semaine affirment qu’ils sont plus productifs lorsqu’ils télétravaillent, le nombre de distractions étant beaucoup plus limitées à la maison qu’au bureau.

« La santé mentale est un aspect important de notre bien-être général », fait remarquer le chef de la direction de l’Association canadienne de la santé mentale, Peter Coleridge. « Une mauvaise conciliation travail/vie familiale peut avoir des répercussions négatives sur la santé mentale d’une personne, tandis qu’un milieu de travail souple qui s’adapte aux exigences professionnelles, familiales et personnelles a des impacts positifs sur la santé mentale d’un employé. »

Le télétravail ne profite pas seulement aux employés. En fait, l’employeur jouit également de nombreux avantages, notamment l’accès à un plus grand nombre de candidats qualifiés, l’augmentation de la productivité de son personnel, l’amélioration de sa réputation en tant qu’employeur, une meilleure rétention de son personnel ainsi qu’une réduction des frais d’exploitation tels que le loyer et les frais de déplacement.

En ce qui a trait à la collectivité, le télétravail permet aux personnes atteintes d’une incapacité, aux travailleurs approchant l’âge de la retraite et aux personnes devant s’occuper d’un membre de la famille de continuer à faire partie de la population active; dans un contexte de pénurie de talents, il s’agit d’un apport non négligeable. Par ailleurs, les bienfaits écologiques comptent parmi les avantages les plus importants du télétravail.

« La hausse du prix de l’essence, les préoccupations écologiques et le désir d’atteindre un meilleur équilibre entre le travail et la vie familiale ont donné naissance à une culture du télétravail au Canada », commente M. Bouchard. « Les employeurs les plus futés sauront tirer parti de cette nouvelle réalité. Dans un contexte de pénurie imminente de la main-d’œuvre, il est de plus en plus important pour un employeur de se distinguer de la concurrence, et ce, dans le but d’attirer et de conserver les meilleurs talents. »

Lorsqu’on leur pose la question, presque trois Canadiens sur quatre (73 %) affirment qu’ils changeraient d’emploi si un nouvel employeur potentiel leur offrait la possibilité de travailler de la maison. Toutes choses étant égales par ailleurs, 88 % des répondants choisiraient un emploi offrant la possibilité de travailler de la maison.

Conseils pour aborder le sujet avec son employeur

Grâce aux technologies sécurisées, à la confiance des employeurs et à l’adoption de politiques claires, il n’aura jamais été plus facile pour les Canadiens de travailler à distance. Toutefois, 43 % des répondants ne savent pas comment aborder le sujet avec leurs patrons. Voici certains conseils qui faciliteront la discussion :

  1. Ayez un plan de match – Soyez préparé et déterminez le moment idéal pour rencontrer votre patron à ce sujet. Assurez-vous que vous monopoliserez son attention.
  2. L’argent fait la loi – Des recherches montrent que d‘importantes économies peuvent être réalisées lorsqu’on permet au personnel de travailler occasionnellement de la maison. Soulignez le fait que le télétravail peut avoir un impact positif sur le bénéfice net de l’entreprise.
  3. Sachez à qui vous vous adressez – L’approche est aussi importante que le contenu; ajustez votre discours en fonction de votre interlocuteur et utilisez des arguments qui sauront convaincre cette personne.
  4. Les affaires sont les affaires – Bien que votre désir de travailler de la maison puisse être motivé par des raisons personnelles (famille, animaux domestiques, etc.), n’oubliez pas que votre patron envisage la question dans un contexte d’affaires; il est donc important de mettre l’accent sur les avantages procurés à l’entreprise lorsque vous discutez de la possibilité de travailler à distance.

La population est invitée à exprimer son soutien pour la création d’une Journée nationale du télétravail en visitant la page Facebook de Workopolis : www.facebook.com/workopolis. Les visiteurs pourront y trouver des diagrammes informatifs et des outils les aidant à convaincre patrons et collègues du bien-fondé d’une Journée du télétravail. Il est également possible de joindre et de suivre la conversation sur Twitter à l’aide du mot clé #WFHD.

À propos de l’étude L’enquête du groupe Environics Research a été réalisée du 5 au 13 avril 2011 via un sondage en ligne auquel 1001 travailleurs canadiens ont participé.

Le sondage omnibus national d’Environics Research a été mené du 12 au 17 avril 2011 auprès de 1000 Canadiens âgés de 18 ans et plus. La marge d’erreur d’un échantillon de cette taille est de +/- 3,1 %, 19 fois sur 20.

À propos de Workopolis

Fondé en 2000, Workopolis est le plus important fournisseur de solutions de recrutement sur Internet et de transition de carrière; l’entreprise facilite les rencontres en ligne entre les employeurs et les candidats. En plus d’offrir aux employeurs les outils dont ils ont besoin pour afficher des postes sur Internet et pour effectuer des recherches dans la plus importante banque de CV au pays, Workopolis transforme l’industrie du recrutement grâce à ses solutions permettant aux candidats et aux employeurs de faire valoir leur marque, jumelant ainsi les bons candidats qualifiés aux bonnes occasions de carrière.

Chaque mois, des millions d’internautes visitent www.workopolis.com; Workopolis joint également des candidats par l’intermédiaire de ses partenariats exclusifs, de ses sites communautaires, de ses applications mobiles et de son utilisation novatrice des réseaux sociaux.

De propriété et d’exploitation canadiennes, Workopolis est le fruit d’un partenariat entre les sociétés Toronto Star Newspapers Ltd et Propriétés numériques Square Victoria Inc., une filiale de Power Corporation Canada.

Workopolis a été la toute première organisation à se distinguer comme meilleure entreprise en émergence dans le cadre du Palmarès des 10 cultures organisationnelles les plus admirées au Canada.

Pour planifier une entrevue ou obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Amy Greenshields ou Sebastian Gatica Environics Communications agreenshields@environicspr.com ou sgatica@environicspr.com 416 920 9000


Catégorie: Actualités,