The job interview process is broken

Les 4 questions d’entrevue les plus souvent ratées

Workopolis|

par Catherine Martellini

Il y a de ces questions en entrevue qui donnent du fil à retordre aux candidats. Pour les recruteurs, quelles questions d’entrevues virent souvent au fiasco?

1- Nommez une erreur que vous avez commise dans vos emplois par le passé
Les recruteurs comprennent que vous cherchez une erreur qui ne vous fera pas mal paraître. « Rien » ne constitue pas une réponse envisageable. Bien sûr, vous pourriez donner une toute petite erreur qui n’a pas eu d’incidence par la suite. Ce n’est toutefois pas ce que souhaite obtenir votre interlocuteur. Ce qu’il veut, c’est la vérité.

Or, tout se dit. Il suffit de trouver la façon de le dire. Et une façon de faire le mea culpa consiste à nommer l’un de vos échecs en expliquant les leçons que vous en avez tirées par la suite. Une erreur en début de carrière se révèle une bonne façon de s’en sortir. Si on vous demande toutefois de préciser une erreur dans votre emploi précédent, le même principe s’applique.

Privilégiez une mauvaise expérience vécue à votre commencement pour mettre de l’avant que vous avez pris de la confiance subséquemment.

2- Quelle tâche aimiez-vous le moins dans votre ancien emploi?
Les candidats passent souvent à côté de cette question. Pourquoi ? Parce que bien souvent, ils ne savent pas si cette tâche leur incombera dans leur potentiel nouvel emploi. Pourtant, tous les recruteurs savent qu’il n’existe pas d’emploi parfait. Il existe toujours un aspect, aussi insignifiant soit-il, qui rebute.

Pour survivre à une telle question, encore une fois l’honnêteté est votre meilleure alliée. C’est la seule façon de montrer aux recruteurs votre ouverture tout au long de l’entrevue. Nommez cette tâche de façon franche. Tout ce qui compte, c’est d’expliquer ce qui la rendait plus rébarbative, par exemple le contexte, le temps pour l’accomplir, etc.

3- Quel type de difficulté avez-vous du mal à gérer?
Comme vous n’êtes pas un robot, vous ne pouvez pas tout faire parfaitement. Au risque de se répétez : soyez sincère. Vous pourriez mentionner que vous avez plus de mal à aborder les situations qui mélangent les sentiments : la colère, la tristesse, etc. Vous pourriez aussi répondre que votre timidité rend plus ardues les présentations en public, mais que vous souhaiteriez vous améliorer sur ce point au moyen de formation ou autre. Votre façon de rebondir à la suite de votre réponse vaut plus que votre réponse comme telle.

4- Si vous aviez à recommencer votre carrière à zéro, que feriez-vous différemment?
Votre interlocuteur veut savoir si votre nouvelle fonction vous plaît. Votre degré de motivation compte pour beaucoup. En plus de la vérité, insistez sur la direction positive que vous avez prise en l’illustrant d’exemples. Vous pourriez, par exemple, répondre que vous auriez dû prendre une formation ou trouver votre voie plus tôt.

Enfin, gardez ceci en tête : en entrevue, il n’y a pas de bonnes réponses… il n’y a que de mauvaises explications!


Catégorie: Actualités, Conseils pour la recherche d’emploi, Faits divers, Recrutement et gestion,