iStock_000011988726XSmall

Mon collègue est paresseux

Workopolis|

Votre collègue consacre deux heures à son heure de lunch, fait des dizaines d’appels personnels par jour et pique un roupillon sur sa chaise de bureau? Bref, il se la coule douce pendant que vous vous tuez à la tâche…

par Paulina Ignacak

Vous n’êtes pas seul. D’après une étude de l’Université Carlton à Ottawa, 20 % des gens s’identifient comme étant des procrastinateurs chroniques. Les collègues paresseux ne sont donc pas rares, et ne sont pas toujours évidents à gérer.

Comment lui rappeler qu’il est au travail sans risquer de vous le mettre à dos?

L’examen entre pairs
Mark Goulston, co-auteur de Real Influence : Persuade Without Pushing and Gain Without Giving In, propose la méthode de l’examen entre pairs. Sur des feuilles distribuées à tous au bureau, les membres de l’équipe inscrivent les qualités ainsi que les faiblesses de chacun de ses coéquipiers au travail. Une fois les feuilles redistribuées aux bonnes personnes, les collègues verront leurs points forts et ce qu’ils devraient améliorer. Leur faire prendre conscience de leurs gestes pourrait suffire à corriger leur comportement.

Lui parler discrètement
Si vos collègues ne font pas leur travail et que ceci affecte négativement le vôtre, dites-leur. « Mais gardez l’esprit ouvert, ne portez pas d’accusations et ne présumez pas qu’il est “paresseux” », explique Gregory Chung-Yan, professeur en psychologie industrielle et organisationnelle à l’Université de Windsor. Il pourrait y avoir des circonstances atténuantes que vous ignoriez, comme des problèmes familiaux, ou tout simplement un malentendu concernant sa description de tâches.
Au moment d’avoir LA conversation, précisez comment leur attitude affecte négativement votre travail. Et au lieu de lui proposer de changer, demandez-lui quelles solutions il souhaiterait apporter…

En dernier recours : le patron
Si les problèmes persistent, discutez-en avec votre superviseur. Après tout, c’est le devoir du gestionnaire d’aborder la sous-performance de vos coéquipiers. « Si la performance de votre collègue ne vous concerne pas directement, ne vous mettez pas en colère contre ce que vous considérez comme une injustice. Si votre collègue est sous-performant, ce n’est pas votre responsabilité de résoudre le problème, c’est celle du directeur », souligne M. Chung-Yan. Donc, informez votre superviseur de ce que vous avez observé en restant objectif et en expliquant les faits. Surtout, évitez de faire des jugements de valeur, car on pourrait croire que vous agissez par vengeance.

Ne vous laissez pas distraire par de telles situations. Concentrez votre énergie à être le meilleur employé que vous pouvez être, indépendamment de ce que font les autres autour de vous.

Et n’oubliez pas que vous n’avez aucune obligation de faire le travail de quelqu’un d’autre. « Il y a évidemment des occasions qui sont sensibles au facteur temps. Quand la sous-performance de votre collègue affecte l’atteinte des objectifs, vous n’avez pas d’autre choix que de prendre la relève. Mais une fois que la crise est terminée, parlez-en immédiatement à votre collègue de travail et, si nécessaire, votre superviseur », conclut M. Chung-Yan.


Catégorie: Faits divers, Recrutement et gestion,