shocked_laptop300x225.jpg

Oups! J’ai fait une erreur… Comment la réparer maintenant?

Isabelle Michaud|

Il peut tous nous arriver de commettre des erreurs dans le cadre de notre travail.  Après tout, nous sommes humains. Certains contextes peuvent cependant prédisposer à diminuer le niveau d’attention et à augmenter le risque d’erreurs, que ce soit par une surcharge de travail, de longues heures de boulot ou de fréquentes interruptions.  Des facteurs personnels peuvent également avoir une influence négative, notamment la fatigue, le manque d’organisation ou la procrastination.  À ce sujet, il a été démontré que la pression liée au fait de travailler à la dernière minute n’augmente pas la qualité du travail.  Adrénaline ne rime donc pas vraiment avec productivité.

Tout dépendant du type de tâches que nous effectuons, une erreur peut avoir un impact plus ou moins important.  Par exemple, il y a une différence évidente entre une coquille dans un texte en voie de révision et une publication mal rédigée  Il en va de même pour un travailleur hésitant face à un acte professionnel important à poser : il serait plus prudent de demander conseil aux collègues plutôt que de prendre une décision arbitraire.  Néanmoins, en cas d’erreur, l’essentiel est de la reconnaître et d’éviter qu’elle se reproduise.

En effet, une des pires choses à faire serait de taire son erreur, voire de l’attribuer à quelqu’un d’autre, bref de ne pas en prendre la responsabilité.  Le lien de confiance avec le milieu de travail en serait profondément affecté, sans compter les conséquences que pourrait avoir la découverte du pot aux roses…  Si vous faites du bon travail et que vous êtes apprécié de votre équipe, une faute n’entacherait pas votre réputation.  Néanmoins, il sera alors important de faire amende honorable.

Attention à ne pas vous laisser démonter, voire de paralyser face à votre faute.  L’erreur est humaine, ne l’oublions pas.  Celle-ci mérite toutefois réflexion, comme nous le verrons plus loin.  Ainsi, le fait de nommer de façon claire et honnête l’erreur commise sans s’éterniser et se flageller inutilement, d’expliquer ce qui sera fait de votre part pour la régler et de nommer ce que vous avez appris de celle-ci pourra être une stratégie à adopter.  Elle rassurera également votre gestionnaire, ce qui est un élément à ne pas négliger.

Les erreurs représentent en effet une occasion d’apprendre.  Même si cette occasion peut être plus ou moins pénible à vivre, une personne qui en a retiré quelque chose ne la reproduira probablement pas.  Une faute peut donc être utile si elle nous permet de développer davantage nos connaissances.  D’un autre côté, une erreur importante peut être le signe d’un besoin plus spécifique : serait-ce nécessaire de définir mes tâches? De diminuer les interruptions? De revoir l’organisation de mon travail? De bénéficier de l’aide d’un collègue plus expérimenté ou d’un mentor, voire d’effectuer une formation d’appoint?  Parfois, le simple fait de constater que nous avons mal compris les directives données peut régler la situation.  Ainsi, chaque problème trouve sa solution.

Nous avons vu que des facteurs personnels peuvent augmenter le risque d’erreurs.  Une réflexion personnelle peut donc être indiquée.  Est-ce la première fois que vous commettez cette erreur?  Y a-t-il des types d’erreurs que vous faites plus fréquemment?  Dans quel contexte se produisent-elles?  Considérant les éléments que vous avez identifiés, que pouvez-vous faire pour éviter que cette situation se reproduise?

Si des difficultés personnelles influencent votre travail, il est fortement indiqué de contacter votre programme d’aide aux employés ou d’utiliser vos assurances, si vous ne bénéficiez pas de ce service, afin de consulter un(e) professionnel(le).  Bien sûr, nous ne pouvons pas toujours être à 100% de nos capacités.  De plus, les personnes qui cumulent plusieurs rôles ne peuvent assurément pas avoir une tête pour chacune de leurs sphères de vie.  Néanmoins, si vous constatez des changements importants au niveau de votre fonctionnement, tant professionnel que personnel, ou si un collègue ou votre gestionnaire vous en fait la remarque, une telle démarche est vivement conseillée.

En terminant, et dans un tout autre ordre d’idées, pourquoi ne pas remercier la personne qui vous a permis d’identifier votre erreur?  Si vous avez confiance en celle-ci, ce geste peut être apprécié, sans compter les avantages que vous pouvez en retirer.  Qui sait, cette personne a peut-être déjà fait la même faute que vous dans le passé. Oscar Wilde disait que l’expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.  Voici une façon intéressante de voir les choses!

À propos de l’auteure

Conseillère d’orientation et psychothérapeute accréditée en pratique privée à Québec depuis plus de sept ans auprès d’une clientèle jeune, adulte et de couple, Isabelle Michaud privilégie une approche brève axée sur les solutions de la personne.  Elle agit également à titre de conseillère pour le Groupe KWA, firme en gestion de carrière. Ses champs d’expertise concernent notamment l’orientation professionnelle, l’estime de soi, les troubles dépressifs et anxieux, l’aide suite à la perte d’un emploi et les problèmes reliés au travail (insatisfaction, stress, épuisement professionnel, etc.). On peut la joindre via son courriel à michaud_isabelle@oricom.ca ou en visitant son site Web : www.psychorientation.ca


Catégorie: Actualités, Faits divers,