Workopolis: Communiqués de presse

 
C'est la saison de la baisse de productivité en milieu de travail
Un sondage démontre que la moitié des Canadiens se disent moins productifs en décembre
 

Pour publication immédiate – Toronto, Ontario (le 1er décembre 2005) – La saison des fêtes bat son plein et les Canadiens sont en perte de vitesse quant à leur productivité au travail. Que ce soit à cause du magasinage du temps des fêtes, un dîner social ou par manque de motivation, plus de la moitié (52 %) des Canadiens actifs avouent que leur productivité est moindre en décembre, selon un récent sondage affiché sur workopolis.com.

Plus que 24 jours avant Noël
Selon le sondage, la moitié des Canadiens (52 %) affirment qu'il y a baisse de productivité dans leur milieu de travail en décembre. 45% des Québécois affirment être également distraits durant cette période. Plusieurs facteurs influent sur la productivité au travail :

    • près des deux tiers (61 %) des répondants mentionnent que le rythme de travail est plus lent et qu'ils se sentent moins motivés;
    • un autre 18 pour cent se plaignent de ce que plusieurs de leurs collègues de travail sont en congé et qu'ils ne peuvent faire leur travail comme à l'habitude;
    • et un cinquième (20 %) des travailleurs avouent que les dîners et le magasinage du temps des fêtes sont responsables de cette situation.
  • Alors que la productivité en milieu de travail périclite en décembre, les Canadiens cherchent à s'évader du bureau, les trois quarts (74 %) étant d'avis que leur employeur devrait fermer ses portes au-delà des jours fériés prévus en loi.
  • Mais, s'ils en avaient la possibilité, plus du quart (28 %) opteraient pour travailler à temps supplémentaire le jour de Noël ou le lendemain de Noël.

« Alors que le compte à rebours est commencé jusqu'à Noël, il devient très facile de se laisser distraire. Mais pour les Canadiens qui travaillent, il importe de concilier magasinage du temps des fêtes et dîners festifs avec ses obligations professionnelles, » affirme Bruno Gendron, Vice-président, Région de l'Est du Canada chez Workopolis. « Pour maintenir la productivité en milieu de travail, les employeurs et les employés doivent convenir d'objectifs réalistes de façon à ce que les heures de travail soient les plus efficaces possible et ce, même lors des toutes dernières journées précédant Noël. »

Que les festivités commencent... mais vive la modération
Partout au pays, près de quatre Canadiens sur cinq (78 %) sur le marché du travail se rendront à une fête de Noël en lien avec leur travail. Mais attention à la surconsommation, évitez d'être en retard ou de vous embarrasser devant votre patron.

  • Bien que peu de Québécois (17 %) aient avoué avoir posé des gestes qu'ils avaient ensuite regrettés lors d'une fête de Noël, plus de la moitié (58 %) disent avoir été témoins de comportements répréhensibles de la part de collègues de travail.
  • En ce qui concerne les festivités avec leurs collègues de travail, les Canadiens s'y adonnent de plusieurs façons :
    • à l'échelle du Canada, près de la moitié (45 %) des répondants font la fête après la fin de la journée de travail ou en soirée, alors qu'au Québec, près de soixante pour cent (59 %) se préparent pour une soirée avec leurs collègues de travail;
    • un tiers (33 %) des Canadiens font la fête en fin de semaine, alors que près d'un quart d'entre eux (22 %) célèbrent durant l'heure de dîner ou à un autre moment de la journée.
  • Quelle que soit la façon dont les Canadiens célèbrent Noël au bureau, (76 %) des Canadiens sur le marché du travail préfèreraient être accompagnés de leur conjoint et/ou de leur famille.
  • Les Québécois sont les plus récalcitrants en la matière, 41 pour cent disant préférer laisser leur conjoint à la maison pour fêter avec leurs collègues de travail.

« Les festivités du temps des fêtes sont une occasion de trinquer en compagnie de ses collègues de travail, mais il est important de se rappeler qu'il s'agit toujours d'une activité professionnelle, » de mentionner M. Gendron. « Les employeurs invitent leurs employés à faire la fête, dans une ambiance décontractée, mais ces derniers se doivent de demeurer professionnels et s'assurer de ne pas enfreindre les règles suivantes : être ponctuels, consommer modérément et éviter de dire quelque chose qu'on puisse regretter le lendemain. »

À propos de Workopolis

Workopolis est le principal fournisseur de solutions de recrutement et de recherche d'emploi par Internet au Canada. Sa gamme complète de solutions, qui s'est méritée de nombreux prix d'excellence, ainsi que l'ensemble de ses produits et services sont offerts aux petites et grandes entreprises partout au pays, en français et en anglais :

  • workopolis.com, plus grand site d'emploi au Québec et au Canada, joignant plus d'offres d'emploi, de visiteurs et d'employeurs que tout autre site d'emploi au pays;
  • workopolisCampus.com, plus grand site canadien d'emploi destiné aux étudiants et aux nouveaux diplômés;
  • RHEnDirect, la solution d'hébergement de sections carrières corporatives et de gestion de candidatures la plus utilisée au Canada s'appuyant sur les outils et la technologie de workopolis.com.

Workopolis est un partenariat unique et complémentaire formé de trois entreprises canadiennes de l'industrie des médias : la division Globe and Mail de Bell Globemedia, Toronto Star Newspapers Ltd. et Gesca Ltd., filiale de publication de journaux de Power Corporation du Canada. Les bureaux de Workopolis sont situés à Vancouver, Calgary, Guelph, Toronto, Ottawa et Montréal.

À propos de l'enquête : Plus de 14 000 Canadiens, dont 1 500 Québécois ont répondu au questionnaire affiché sur le site workopolis.com du 18 au 28 novembre 2005.

Si vous désirez obtenir plus d'information sur Workopolis ou une entrevue avec M. Bruno Gendron, veuillez communiquer avec :

Simon Falardeau
Capital-Image
Tél. :(514) 739-1188, poste 31
Cell. : (514) 755-5831