Workopolis: Communiqués de presse

 
La fête du Travail et les papillons de la rentrée - Un sondage Workopolis révèle que les travailleurs canadiens et québécois aimeraient que l'ambiance décontractée de l'été règne tout au long de l'année
 

Pour publication immédiate – Montréal, Québec (le 30 août 2006) – La fête du Travail, une tradition internationale dont les origines sont canadiennes, marque officiellement la fin de l'été et une transition importante pour plusieurs travailleurs. Selon le sondage sur la fête du Travail mené annuellement par Workopolis, près de la moitié (41 %) des travailleurs canadiens disent ressentir une différence dans le climat au travail avant, et après le long week-end. Ils sont également nombreux à dire qu'ils souhaiteraient que le rythme de travail plus décontracté et plus détendu de la saison estivale se poursuive tout au long de l'année.

Selon un sondage réalisé auprès de travailleurs canadiens adultes, le quart (26 %) des répondants affirment se sentir plus reposés et disposés à être productifs après les vacances d'été, contre 15 % qui disent être angoissés ou anxieux. Ces sentiments d'angoisse ou d'anxiété sont particulièrement ressentis chez les jeunes travailleurs (les 18 à 24 ans).

&lquo; Les étudiants ne sont pas les seuls à avoir des papillons dans le ventre à la fin de l'été &rquo;, affirme Bruno Gendron, Vice-président, Région de l'Est du Canada chez Workopolis. &lquo; Les employeurs doivent savoir que les périodes de transition comme la fête du Travail et la fin des vacances estivales peuvent avoir un impact important sur l'attitude des travailleurs, et ce aussi bien positif que négatif. Il s'agit donc d'un excellent moment de l'année pour rencontrer ses employés et leur rappeler les objectifs à atteindre, ainsi que pour évaluer leur motivation. &rquo;

Les travailleurs québécois sont les plus détendus (51 %) en fin d'été, contrairement à ceux de la Colombie-Britannique (13 %). Les sentiments d'angoisse et d'anxiété sont davantage ressentis par les jeunes travailleurs (16 % du groupe des 18 à 24 ans) et ceux des provinces de l'Atlantique (19 %). Les travailleurs plus âgés semblent être ceux qui apprécient le plus les habitudes particulières de l'été et qui se disent les plus détendus en fin d'été (30 % des 45-54 ans et 32 % des 55 ans et plus.)

Pour une ambiance estivale tout au long de l'année
Pour plusieurs travailleurs canadiens, la fête du Travail signifie la fin des vendredis après-midi écourtés, et le fait de pouvoir dénouer sa cravate et être plus décontractés. Pour les deux tiers des répondants au sondage de Workopolis, l'été est synonyme d'un environnement de travail plus détendu et plus confortable, un environnement qu'ils aimeraient bien voir perdurer tout au long de l'année.

La caractéristique la plus populaire des milieux de travail en été est sans contredit l'horaire de travail ajusté. Trente-quatre pour cent des travailleurs affirment qu'ils aimeraient bien poursuivre avec ces horaires écourtés tout au long de l'année, suivis d'une ambiance plus détendue (choisie par 25 %) et d'un code vestimentaire plus décontracté (16 %).

&lquo; La façon dont nous travaillons est tout aussi importante en termes de satisfaction de notre emploi que ce que nous faisons&rquo;, explique M. Gendron. &lquo; L'été, plusieurs milieux de travail tendent à être plus décontractés et offrent souvent plus de flexibilité quant aux horaires de travail et au code vestimentaire. Ces facteurs environnementaux contribuent à l'attitude positive manifestée par les employés à propos de leur travail. Il est important que les employeurs reconnaissent le rôle joué par ces ajustements en été sur la productivité et la satisfaction globale des travailleurs. &rquo;

Les Québécois apprécient particulièrement les horaires d'été ; plus de la moitié d'entre eux (52 %) avouent qu'ils aimeraient bien qu'ils se poursuivent tout au long de l'année. Quant à eux, les travailleurs de la Colombie-Britannique priorisent une ambiance plus détendue (25%) et un code vestimentaire décontracté (25 %) comparativement aux horaires d'été (22 %). Les Albertains étaient les plus nombreux à dire que leur environnement de travail ne changeait pas en été (45 % comparativement à la moyenne nationale de 34 %).

Tel qu'on pouvait le prévoir, la préférence pour un code vestimentaire décontracté provenait essentiellement des jeunes travailleurs. Vingt-trois pour cent des 18 à 24 ans disaient qu'ils auraient bien aimé que cela se poursuive tout au long de l'année, contre seulement 13 % des travailleurs âgés de 55 ans et plus. Quant aux horaires de travail modifiés, la formule était plus populaire chez les travailleurs plus âgés avec un résultat de 37 % comparativement à seulement 29 % des 18 à 24 ans.

La modification des horaires était surtout prisée des travailleurs de niveaux de salaires plus élevés, incluant 45 % dont le revenu familial excédait les 100 000 $. &lquo; Ceux qui gagnent le plus sont qui aspirent à bénéficier de plus de temps de loisir &rquo;, note M. Gendron.

Des conseils pour les travailleurs de retour au travail
M. Gendron propose les conseils suivants pour les travailleurs canadiens et québécois qui désirent conserver les avantages de l'été tout au long de l'année.

  • Gérer ses heures de travail – Rentrer tôt et quitter tard de façon continue peut rapidement résulter en un stress invivable, une perte de motivation et un burnout. &lquo; Planifiez des loisirs suite à votre journée de travail – qu'il s'agisse d'une séance d'exercices, d'un souper entre amis ou simplement de jouer avec son enfant, et ce au moins une à deux fois par semaine &rquo;, recommande M. Gendron. &lquo; Le fait de se créer des obligations en fin de journée vous oblige à quitter votre poste de travail à une heure raisonnable et à évacuer le stress professionnel accumulé tout au long de la journée. &rquo;
  • Reconnaître les signes précurseurs du stress – Identifiez comment le stress agit sur votre personnalité et soyez à l'affût des signes précurseurs comme l'insomnie, l'irascibilité et le fait d'être malade plus souvent qu'à l'habitude. &lquo; Contrôlez votre stress avant qu'il ne vous contrôle. Parlez à votre supérieur immédiat, dites-lui comment vous vous sentez et tentez de renégocier votre charge de travail ou vos responsabilités. &rquo;
  • Créez une ambiance positive au travail – &lquo; Vous et vos collègues de travail contribuez autant à l'ambiance au travail que la direction &rquo;, rappelle M. Gendron. &lquo; Si vos relations avec vos collègues sont des plus positives, si vous vous amusez et que vous faites profiter vos collègues de votre sens de l'humour, vous créerez ainsi une ambiance de travail plus agréable et plus productive. &rquo;
  • Gâtez-vous – Un employeur avisé célébrera vos réalisations importantes, mais vous devriez aussi vous récompenser pour vos petits succès au quotidien. &lquo; Trop souvent, nous mettons toute l'emphase sur les difficultés que nous éprouvons et non pas sur ce que nous avons réalisé &rquo;. &lquo; Même de petites récompenses, comme se payer un bon repas sur l'heure du midi, peuvent avoir un effet psychologique bénéfique important. &rquo;

Le meilleur moment pour une transition de carrière ?
Même si la fête du Travail est une période de transition, seulement 27 % des répondants au sondage Workopolis trouvent que l'automne est propice à un changement de carrière. De l'avis d'une majorité de répondants (35 %), c'est le printemps qui est la saison la plus propice pour de tels changements.

&lquo; Lorsque vous planifiez un changement de carrière ou d'emploi, ne faites pas comme tout le monde, &rquo; avertit M. Gendron. &lquo; En réalité, de nouvelles occasions d'emploi apparaissent sur le marché en tout temps de l'année, incluant l'automne, alors que plusieurs entreprises se livrent à des exercices de planification à longue échéance. Les chercheurs d'emplois devraient rester à l'affût du marché, même s'ils ne considèrent pas un changement d'emploi dans l'immédiat. Par exemple, si vous vous inscrivez au service de courriels &lquo; Alertes Emploi &rquo; sur notre site workopolis.com, vous serez immédiatement avertis au fur et à mesure que l'une de nos 60 000 opportunités d'emploi est affichée. &rquo;

Une fête d'origine canadienne
La fête du Travail serait d'origine canadienne et aurait débuté à la suite d'une manifestation tenue par la Toronto Trades Assembly en 1872. Les travailleurs d'alors revendiquaient une réduction de la semaine de travail à 58 heures – on est bien loin des moyennes qu'on connaît aujourd'hui – ainsi que le droit de se syndiquer. Depuis, les travailleurs se sont adonnés à plusieurs pique-niques et manifestations, incluant l'une d'entre elles à laquelle participait un membre d'un syndicat américain de menuisiers qui retourna aux États-Unis avec l'idée de faire reconnaître, chez lui, ce festival du travail. La première fête du Travail américaine fut célébrée le 5 septembre 1882.

La fête du Travail devint un jour férié au Canada en 1894. Le mois de septembre fut choisi de façon à ce que la fête coïncide avec le congé américain. Depuis, l'idée d'une fête du travail s'est répandue partout à travers le monde.

À propos de Workopolis

Workopolis est le principal fournisseur de solutions de recrutement et de recherche d'emploi par Internet au Canada. Sa gamme complète de solutions, qui s'est méritée de nombreux prix d'excellence, ainsi que l'ensemble de ses produits et services sont offerts aux petites et grandes entreprises partout au pays, en français et en anglais :

  • workopolis.com, plus grand site d'emploi au Québec et au Canada, joignant plus d'offres d'emploi, de visiteurs et d'employeurs que tout autre site d'emploi au pays;
  • workopolisCampus.com, plus grand site canadien d'emploi destiné aux étudiants et aux nouveaux diplômés;
  • RHEnDirect, la solution d'hébergement de sections carrières corporatives et de gestion de candidatures la plus utilisée au Canada s'appuyant sur les outils et la technologie de workopolis.com.

Workopolis est un partenariat unique et complémentaire formé de trois entreprises canadiennes de l'industrie des médias : la division Globe and Mail de Bell Globemedia, Toronto Star Newspapers Ltd. et Gesca Ltd., filiale de publication de journaux de Power Corporation du Canada. Les bureaux de Workopolis sont situés à Vancouver, Calgary, Guelph, Toronto, Ottawa et Montréal.

À propos du sondage : L'enquête Workopolis pour la fête du Travail a été réalisée entre le 17 et 21 août 2006 par le biais d'un sondage national téléphonique omnibus, administré par le Centre de recherche Décima auprès d'un échantillon représentatif de 609 travailleurs canadiens d'âge adulte. La marge d'erreur est de +/- 4 %, 19 fois sur 20.

Si vous désirez obtenir plus d'information sur Workopolis ou une entrevue avec M. Bruno Gendron, veuillez communiquer avec :

Tina Fournier Ouellet, Miriam Lauzon ou Yvon Desautels
Capital-Image
Tél. :(514) 739-1188, postes 30, 35, 22
tfournier-ouellet@capital-image.com / mlauzon@capital-image.com / ydesautels@capital-image.com