Workopolis: Communiqués de presse

 
Qu’est-ce qu’un chef de direction et un enseignant ont en commun? Workopolis dévoile le Top 20 des emplois au Canada
 

Les deux sont satisfaits de leur travail

Montréal, le 29 mars 2007 – Workopolis, le principal fournisseur de solutions de recrutement et de recherche d'emploi par Internet au Canada, a annoncé aujourd’hui les résultats de son Top 20 des emplois, une étude exhaustive portant sur les travailleurs canadiens. Ce sont les présidents et chefs de la direction, suivis des enseignants, qui témoignent du taux de satisfaction au travail le plus élevé.

L’étude réalisée par NorthStar Research Partners pour Workopolis demandait à près de 9 000 travailleurs canadiens d’évaluer la satisfaction qu’ils retiraient de leur travail actuel basé sur 11 facteurs contribuant à la satisfaction au travail, tels que la culture organisationnelle, l’opportunité de parfaire ses connaissances et la rémunération.

« La satisfaction au travail est l’élément le plus convoité sur le marché de l’emploi et les employés aimerait bien la trouver. Les employeurs, eux, voudraient bien offrir un environnement de travail où chacun pourra se l’approprier », affirme M. Bruno Gendron, Vice-président, Région de l’Est du Canada chez Workopolis . « Cette étude a cherché à approfondir ce que pensent les gens, au-delà de ce qu’ils disent, de façon à découvrir ce qui les motive réellement et les rend heureux – ou malheureux – au travail. »

Un rapport complet et un jeu-questionnaire interactif sont disponibles à : www.Top20Emplois.com

La liste complète du Top 20:

Rang

Emploi

Facteurs clés de satisfaction

1

Chef de la direction / chef des services financiers / président

  • Culture organisationnelle
  • Opportunité de parfaire ses connaissances

2

Enseignant / tuteur

  • Conciliation travail / vie personnelle
  • Culture organisationnelle

3

Professionnel en RH

  • Culture organisationnelle
  • Opportunité d’utiliser ses compétences

4

Acteur / directeur

  • Opportunité de parfaire ses connaissances
  • Opportunité d’être créatif

5

Nutritionniste

  • Niveau de stress
  • Opportunité de servir la communauté

6

Conseiller en orientation / formateur

  • Culture
  • organisationnelle
  • Opportunité de parfaire ses connaissances

7

Chef

  • Opportunité d’être créatif
  • Conciliation travail / vie personnelle

8

Conseiller en santé mentale / travailleur social

  • Culture organisationnelle
  • Conciliation travail / vie personnelle

9

Graphiste

  • Opportunité d’utiliser ses compétences
  • Opportunités d’avancement

10

Spécialiste / analyste en études de marché

  • Culture organisationnelle
  • Opportunité d’utiliser ses compétences

11

Spécialiste en relations publiques / communication

  • Opportunité d’utiliser ses compétences
  • Opportunité d’être créatif

12

Rédacteur / journaliste

  • Opportunité d’utiliser ses compétences
  • Culture organisationnelle

13

Infirmière

  • Culture organisationnelle
  • Opportunités d’avancement

14

Programmeur

  • Opportunité d’être créatif
  • Culture organisationnelle

15

Gérant d’hôtel / de bar / de restaurant

  • Opportunité d’utiliser ses compétences
  • Rémunération directe et indirecte

16

Concepteur / développeur Web

  • Culture organisationnelle
  • Opportunité d’utiliser ses compétences

17

Directeur de produits

  • Culture organisationnelle
  • Rémunération directe et indirecte

18

Ouvrier de la construction

  • Opportunités d’avancement
  • Conciliation travail / vie personnelle

19

Chercheur en médecine / en biologie

  • Heures de travail flexibles
  • Opportunité d’être créatif

20

Ingénieur

  • Opportunité de parfaire ses connaissances
  • Opportunité d’être créatif

Comprendre la satisfaction au travail

Selon le sondage, les trois facteurs qui contribuent le plus à la satisfaction au travail sont : la culture organisationnelle, l’opportunité de mettre à contribution ses compétences et l’opportunité de parfaire ses connaissances. La rémunération, des heures de travail flexibles et le niveau de stress étaient les trois facteurs les moins prisés des travailleurs.

« Les Canadiens se sont clairement prononcés à l’effet que l’argent n’était pas tout », de mentionner M. Gendron. « Nous observons un réel changement au plan des priorités professionnelles. Des facteurs comme la formation et le développement professionnel, la créativité et la culture organisationnelle sont devenus de véritables indicateurs de satisfaction au travail pour les travailleurs canadiens de nos jours. »

Le Top 20 des meilleurs emplois de Workopolis révèle que la culture organisationnelle était deux fois plus importante pour la satisfaction au travail que la flexibilité des heures de travail et trois fois plus importante que d’offrir des niveaux de stress bas. Fait à noter, la créativité et les opportunités d’avancement étaient moins importantes pour le groupe des 18 à 24 ans que les groupes des 25 à 34 ans et des 35 ans et plus.

Que changeriez-vous dans votre emploi ?

Malgré la nouvelle définition de satisfaction au travail, le premier changement que les répondants apporteraient à leur emploi est d’en améliorer la rémunération directe et indirecte – et cela, dans une proportion de 24 %. Les autres changements privilégiés seraient : les opportunités d’avancement et un niveau de stress moindre. Les considérations financières étaient particulièrement importantes pour les jeunes, 41 % du groupe des 18-24 ans indiquant que ce facteur serait celui qu’ils voudraient le plus changer.

Bien que les chefs de la direction et les enseignants se soient disputés le premier rang, ces professionnels ont des réponses très différentes quant aux changements qu’ils aimeraient apporter à leur emploi.

Les chefs de la direction semblent sacrifier beaucoup pour l’amour du travail et leur autonomie : près du quart d’entre eux (23 %) indiquent un besoin pour une meilleure conciliation travail/vie personnelle.

Par ailleurs, les enseignants priorisent avant tout et de façon très claire (42 %) la rémunération, ce qui dénote bien que l’argent n’est vraiment pas tout lorsqu’il s’agit d’aimer son emploi.

Qu’est-ce qui vous manquerait le plus ?

L’élément qui manquerait le plus aux travailleurs quant à leur emploi actuel est la flexibilité dans les heures de travail. Cette opinion était particulièrement vraie auprès des répondants de la Saskatchewan et du Manitoba où plus du tiers des répondants (37 %) ont répondu de la sorte. Les travailleurs du groupe des 18-24 ans partageaient également cette opinion (36 %).

Par profession :

Un emploi exigeant du neuf à cinq poserait un problème à plus de la moitié des analystes et spécialistes en études de marché (55 % manqueraient la flexibilité dans leurs heures de travail).

Pour les gérants de bar, de restaurant ou d’hôtel, ce sont les heures flexibles qui leur manqueraient le plus (47 %). Il en est de même des rédacteurs et des journalistes (33 %).

Plus du tiers des concepteurs et des développeurs Web ainsi que des graphistes (38 %) manqueraient leur environnement de travail.

Quant aux chefs cuisinier, c’est surtout l’opportunité de démontrer leur créativité qui leur manquerait (33 %).

La profession qui vous convient le mieux dépend souvent de vos valeurs

L’opportunité de faire appel à ses compétences et habiletés est la deuxième qualité la plus prisée des travailleurs canadiens. Les dirigeants d’entreprise et les enseignants performent particulièrement bien par rapport à ce critère. Les chefs de la direction se classent également mieux que le reste des professions quant à la troisième qualité la plus prisée, soit l’opportunité de parfaire ses connaissances.

Bien que la flexibilité dans les heures de travail ne soit pas particulièrement prisée par les travailleurs dans leur ensemble, les spécialistes en étude de marché, les concepteurs Web, les caissiers et les chefs de la direction considèrent que leur emploi comporte un niveau élevé de flexibilité. Bien que les adjoints en marketing ne se classent pas parmi le Top 20 des meilleurs emplois, les répondants dans cette profession sont d’avis que leur emploi leur procure une excellente culture organisationnelle – le premier facteur en importance de la satisfaction au travail.

« Pour maintenir votre satisfaction au travail, il importe de bien évaluer à quel point votre emploi actuel se mesure par rapport aux valeurs que vous chérissez le plus»,  d’ajouter M. Gendron. « Si une nouvelle voiture fournit par l’entreprise peut être un facteur de motivation essentiel pour certains, d’autres privilégieront l’opportunité d’être créatif ou autonome. Pour quelqu’un qui a l’impression de faire du « sur place », il importera de rester ouvert à toute nouvelle opportunité comme facteur de motivation. »

Un rapport complet et un jeu-questionnaire interactif sont disponibles à : www.Top20Emplois.com