Workopolis: Communiqués de presse

Quand je serai grand, je serai...

Workopolis a interrogé des enfants, des adolescents et des parents pour connaître la profession de leur rêve – Le sondage révèle que 80 % des adultes n'exercent pas la profession dont ils rêvaient lorsqu'ils étaient enfant

Montréal, le 28 août 2007 – Quel métier ai-je envie de faire quand je serai grand ? C'est LA question que devraient se poser jeunes et moins jeunes, surtout en cette période de la rentrée scolaire. Pour la plupart d'entre nous, nos rêves et nos ambitions d'enfants ne se sont jamais réalisés. Selon le sondage Workopolis « Quand je serai grand », 82 % des adultes canadiens ne font pas le métier dont ils rêvaient lorsqu'ils étaient plus jeunes.

Il est facile de comprendre pourquoi les rêves d'enfants de devenir une princesse ou un super-héros ne se sont pas réalisés. Par contre, beaucoup d'enfants aspiraient à une carrière réaliste comme médecin ou avocat. Pourtant, la plupart n'ont pas réalisé leurs rêves parvenus à l'âge adulte. Lorsque nous leur avons demandé quels facteurs ont influencé le choix de leur présente carrière, quatre adultes sur dix (41 %) ont répondu que la formation ou les études étaient la raison pour laquelle ils avaient choisi leur présente carrière, alors qu'un autre 30 % ont indiqué que leur choix était guidé en raison de la grande demande de main-d'œuvre de leur domaine. Les avantages particuliers ainsi que le salaire ont joué un rôle moins significatif dans les décisions des Canadiens (15,5 % et 12 % respectivement).

« Lorsque nous sommes enfants, on nous apprend à penser avec notre cœur et de réaliser nos rêves les plus chers. Mais à un certain moment, la réalité prend le dessus et nous ne pensons qu'avec notre tête », explique Bruno Gendron, vice-président, région de l'Est du Canada, Workopolis. « Nous devons prendre un moment et nous demander ce que nous désirons réellement, maintenant que nous sommes adultes. L'emploi idéal doit combiner l'enthousiasme que nous ressentions enfant et les bénéfices tangibles que nous voulons retirer de nos emplois en tant qu'adultes. »

Le sondage Workopolis « Quand je serai grand » a ciblé les parents avec des enfants âgés de cinq à neuf ans, des adolescents âgés de 13 à 19 ans et des enfants âgés de cinq à neuf ans. Nous avons demandé aux adultes de partager leurs rêves lorsqu'ils étaient enfants et adolescents et, bien que la plupart ne pratique pas le métier dont ils rêvaient, une petite minorité le fait. Treize pour cent des Canadiens font le métier qu'ils voulaient faire lorsqu'ils étaient adolescents et sept pour cent ont indiqué qu'ils font leur métier parce que c'était la profession dont ils rêvaient lorsqu'ils étaient enfants.

Emplois de rêve, portrait des générations
Plus les choses changent, plus c'est pareil, veut le dicton et selon le sondage, la main-d'œuvre de demain partage les mêmes rêves que les employés d'aujourd'hui. Les professions d'enseignant, de vétérinaire et de médecin se trouvent dans les cinq professions les plus envisagées pour les trois générations sondées.

Voici les cinq professions les plus populaires citées par les enfants, ainsi que celles des adolescents et des adultes lorsque nous leur avons demandé ce qu'ils voulaient devenir lorsqu'ils étaient petits.

Classement

Génération

 

Enfants (âgés de 5 à 9 ans)

Adolescents (âgés de 13 à 19 ans)

Adultes

1

Enseignant

Médecin

Enseignant

2

Policier

Enseignant

Vétérinaire

3

Médecin

Vétérinaire

Infirmier

4

Vétérinaire, pompier, athlète (ex aequo)

Policier

Médecin

5

Musicien/chanteur

Athlète professionnel

Musicien/chanteur

« Il existe une grande similitude entre les rêves des enfants et des adolescents d'aujourd'hui et les rêves que les adultes avaient au même âge », indique M. Gendron. « Les parents ont un rôle significatif à jouer en aidant leurs enfants à voir les différentes possibilités d'emploi qui s'offrent à eux. Ainsi, nous avons de bonnes raisons de croire que les enfants d'aujourd'hui vont mettre leur profession idéale en veilleuse lorsqu'ils seront grands dû aux mêmes facteurs énumérés par les adultes d'aujourd'hui. »

Comme enfants, nous sommes grandement influencés par les modèles autour de nous, et à ce titre, les professions que nous rêvons de faire sont généralement celles des personnes qui nous entourent. L'enseignant est la première profession que les enfants ont l'occasion de découvrir de très près sur une base quasi quotidienne, les policiers et les pompiers visitent souvent les enfants à l'école, tandis que les enfants visitent régulièrement un médecin qui les soigne et qui répond à toutes les questions que peuvent avoir leurs parents.

Bien que ces professions se retrouvent dans les listes des trois générations sondées, la seule profession qui s'est retrouvée dans les 10 professions envisagées par les enfants est « soldat », ce qui témoigne du rôle marquant que cette profession joue dans notre société présentement.

En plus d'être sondés sur leurs professions envisagées lorsqu'ils étaient enfants, les adolescents ont également été questionnés sur les emplois qui les intéressent actuellement. À partir de cette liste, nous pouvons identifier que c'est au moment de l'adolescence que se déroule la transition entre les rêves d'enfants et les carrières pragmatiques souvent liées à un meilleur salaire et à un statut social plus important comme les avocats et les ingénieurs.

L'impact de la télévision semble jouer un rôle dans le choix des professions rêvées des adolescents. Alors que les dessins animés ont sans aucun doute influencé leurs rêves de devenir des super-héros lorsqu'ils étaient enfants, les nouvelles émissions de télé-réalité et de transformation beauté ont certainement eu un impact à l'adolescence. Les professions les plus populaires mentionnées par ce groupe d'âge comprennent les entrepreneurs, les entraîneurs personnels et les décorateurs d'intérieurs, des carrières qui n'étaient pas populaires auprès des adultes d'aujourd'hui à cet âge. Les experts légistes ainsi que les carrières axées sur l'environnement ont également été des choix populaires auprès de ce groupe d'âge.

Dans leurs propres mots
Les enfants ont des idées très précises de ce qu'ils veulent devenir lorsqu'ils seront grands :

  • Une fée, une vraie fée qui vole
  • Un homme qui fait des pizzas
  • Je veux faire des courses d'autos 
  • Barbie
  • Je veux travailler avec des requins parce que je les aime et ils sont intéressants
  • Une vedette du rock
  • Je veux avoir mon propre club de location de film
  • Travailler dans un bureau
  • Je ne sais pas encore. Est-ce que je dois décider aujourd'hui ?

Conseils pour déterminer votre profession idéale

  1. Réévaluez votre situation actuelle. Si vous ne faites pas ce que vous aimez vraiment, prenez du temps pour en déterminer la cause. « Si c'est en raison du manque de formation, suivez des cours du soir. Si les avantages financiers de votre emploi actuel sont ce qui vous a attiré en premier lieu, il se peut que vous soyez rendu à un moment dans votre vie où ce n'est pas juste une question d'argent », conseil M. Gendron.
  2. Soyez créatifs. Revenez en arrière en pensant à votre profession idéale lorsque vous étiez enfant, déterminez ce qui était si attirant et incorporez ces éléments dans votre présente carrière. « Si vous avez envie de quitter votre emploi de bureau pour poursuivre une carrière d'acteur et que cela vous terrifie, essayez d'inclure des éléments artistiques dans votre emploi actuel ou de canaliser cette énergie artistique dans un nouveau passe-temps », suggère M. Gendron.
  3. Écoutez vos enfants . « Pensez à demander aux enfants autour de vous ce qu'ils veulent devenir quand ils seront grands. En leur donnant quelques pistes de réflexion sur les possibilités qui se présentes à eux, vous pourriez vous-même faire une remise en question », ajoute M. Gendron.

« On ne sait jamais lorsqu'une vague de changement nous saisit. De ce fait, les chercheurs d'emploi doivent continuellement garder les yeux ouverts pour de nouvelles possibilités même s'ils ne pensent pas changer d'emploi dans l'immédiat », affirme M. Gendron. « Par exemple, s'inscrire sur le site workopolis.com pour recevoir des alertes RapidEmploi vous tiendra au courant dès qu'une de nos 60 000 perspectives d'emploi est disponible. »

À propos de Workopolis
Workopolis est le principal fournisseur de solutions de recrutement et de recherche d'emploi par Internet au Canada avec ses 3 millions de visiteurs uniques à tous les mois et le double de postes vacants affichés que son plus proche concurrent.

Sa gamme complète de solutions, qui s'est méritée de nombreux prix d'excellence, ainsi que l'ensemble de ses produits et services sont offerts aux petites et grandes entreprises partout au pays, en français et en anglais :

  • workopolis.com MC , plus grand site d'emploi au Québec et au Canada, joignant plus d'offres d'emploi, de visiteurs et d'employeurs que tout autre site d'emploi au pays et qui offre des outils de sélection intuitifs et de puissants outils de recherche de base de données de c.v. aux employeurs pour les aider à trouver le candidat idéal, plus rapidement et efficacement.
  • workopolisCampus.com, plus grand site canadien d'emploi destiné aux étudiants et aux nouveaux diplômés;  
  • RHEnDIrect MC , la solution d'hébergement de sections carrières corporatives et de gestion de candidatures la plus utilisée au Canada s'appuyant sur les outils et la technologie de workopolis.com.

Workopolis est un partenariat unique et complémentaire formé de Toronto Star Newspapers Ltd. et de Gesca ltée, filiale de publication de journaux de Power Corporation du Canada. Les bureaux de Workopolis sont situés à Vancouver, Calgary, Edmonton, Guelph, Toronto, Ottawa, Montréal et Halifax.

Workopolis est le fournisseur exclusif et officiel de recrutement de candidats en ligne en vue des Jeux olympiques et paralympiques de 2010 à Vancouver.

À propos du sondage : Le sondage « Quand je serai grand » a été réalisé par la firme Youthography entre le 26 et le 31 juillet 2007 par le biais d'un sondage national en ligne. Les questions ont été posées à trois groupes démographiques différents :  
  1. 206 enfants (âgés de 5 à 9 ans), avec une marge d'erreur de ± 6,8 %, 19 fois sur 20
  2. 250 adolescents (âgés de 13 à 19 ans), avec une marge d'erreur de ± 6,2 %, 19 fois sur 20, et
  3. 206 parents d'enfants âgés de 5 à 9 ans, avec une marge d'erreur de ± 6,8 %, 19 fois sur 20
Renseignements :
Simon Falardeau / Miriam Lauzon
Capital-Image
514-739-1188, poste 231 / 235
sfalardeau@capital-image.com
mlauzon@capital-image.com