Workopolis: Communiqués de presse

L'humour en milieu de travail est plus encouragé au Québec
76 % des Québécois affirment que l'humour de bon goût est bien toléré dans leur milieu de travail

Le 1 avril 2008 – Avez-vous reçu un courriel qui vous semblait quelque peu bizarre ce matin ? Quelqu'un vous a-t-il fait une blague ? Poisson d'avril ! Et oui, c'est aujourd'hui la journée de l'humour, des farces et des blagues, reconnue à l'échelle nationale. Et selon un récent sondage effectué pour le compte de Workopolis, il semble que les travailleurs québécois, plus que tout autre, accueillent favorablement cette journée.

En effet, 76 % des Québécois indiquent que les blagues sont acceptées ou encouragées dans leur milieu de travail, comparativement à 46 % des Canadiens. L'humour au boulot peut être bénéfique à différents niveaux. Pour 41 % des Québécois, c'est un bon moyen pour réduire la pression et gérer le stress tandis que 40 % croient que c'est un outil efficace pour renforcer l'esprit d'équipe et les bonnes relations avec les collègues.

Néanmoins, il est aussi important de se rappeler que l'humour inapproprié peut être nuisible à long terme. « Le jour du Poisson d'avril est tout à fait indiqué pour mettre cet humour en valeur, affirme Bruno Gendron, vice-président, région de l'Est du Canada, pour Workopolis. Même si nous avons tendance à se laisser aller dans les blagues et les tours le 1er avril, il existe malgré tout une limite à ne pas dépasser et les travailleurs devraient la connaître. Les blagues déplacées peuvent nuire à une carrière. »

Pour aider les Québécois à trouver le ton juste pour s'amuser au travail, Workopolis dresse une classification des types de blagueurs à travers un guide sur l'humour au travail. Compte tenu des multiples personnalités et des différents seuils de tolérance de chacun, il est important que l'humour au travail reste de circonstance en tout temps.

Guide sur l'humour au travail : classification des types d'humour selon Workopolis

  • Le blagueur sarcastique : Devant le patron ou en réunion d'équipe, ce comédien dans l'âme semble toujours avoir le mot pour faire rire, quelle que soit la situation. Il est persuadé d'amuser la galerie car l'heure est toujours à la blague. Malheureusement, l'humour n'est pas toujours de mise. Même si la blague est intelligente, elle peut être perçue comme sarcastique lorsqu'employée trop souvent ou au mauvais moment.
    • Conseil de Workopolis : Réfléchissez avant de blaguer. Évaluez la situation et les gens qui vous entourent. Allez-vous amuser la majorité des personnes présentes ? Votre humour fera-t-il dévier le but de la rencontre ? Interrompez-vous ou offensez-vous quelqu'un ? Lors de réunions ou de rencontres importantes, rester calme et discret représente bien souvent la meilleure approche.
  • Le bouffon odieux ou de mauvais goût : Ce type de blagueur est facile à reconnaître car ses blagues sont souvent suivies d'un silence embarrassant et il n'éprouve aucune gêne à déployer son humour dans toutes les situations. Il lui est difficile de nuancer ce qui est approprié ou non en milieu de travail, ce qui le pousse bien souvent à dépasser la limite de l'acceptable en employant un langage de mauvais goût ou en évoquant des sujets délicats.  Évitez de lui emboîter le pas en ce jour de Poisson d'avril !
    • Conseil de Workopolis : N'oubliez jamais que vous êtes au travail. Les blagues qui provoquent une rigolade entre amis ne sont peut-être pas toujours appropriées pour vos collègues. Évitez les sujets qui ne se prêtent pas facilement à l'humour. Ce que vous ne raconteriez pas à votre mère n'a pas sa place au travail non plus. Évaluez chaque situation et observez les gens qui vous entourent avant de lancer une blague. Vos collègues apprécieront davantage votre humour si vous en faites bon usage.
  • Le blagueur qui s'efforce de l'être : Il se sert souvent de l'humour pour attirer l'attention et détendre l'atmosphère lors de situations inconfortables. Rare sont ceux qui rigolent de ses blagues, ce qui le pousse à essayer encore plus fort. En fait, ses commentaires sont plus dérangeant qu'amusant. Selon le récent sondage effectué par Workopolis, un maigre 2 % des Québécois estiment que l'humour au travail devrait servir à attirer l'attention ou à se démarquer des autres. Cela signifie que cette approche n'est pas populaire et que la plupart des gens sont mal à l'aise face à un tel type d'humour.
    • Conseil de Workopolis : Vous n'avez pas à avoir le dernier mot, ni à émettre un commentaire chaque fois que vous êtes en public. Plus vous en dites, moins vous êtes drôle et moins les gens riront de vos blagues. Essayez d'autres techniques pour gagner le respect de vos collègues et réservez votre humour pour la bonne situation.
  • Le blagueur impénitent : Rien n'arrête ce farceur dans sa quête de rires, même au détriment de sa carrière ou de ses collègues. Il passe souvent plus de temps à peaufiner une blague de circonstance qu'à se concentrer sur son travail et il est prêt à tout pour obtenir un peu d'attention. Le jour du Poisson d'avril est une journée dangereuse pour ce farceur sans limites car il considère qu'il s'agit d'une journée où tout est permis !
    • Conseil de Workopolis : Faites le point sur votre carrière : peut-être êtes-vous davantage fait pour la vie de comédien ? Même si les milieux de travail font davantage de place à l'humour, ce ne sont pas toutes les cultures d'entreprise qui toléreront le vôtre. Vous devez savoir ce qui est acceptable et approprié dans votre milieu de travail avant d'aller trop loin. Nuancez votre humour et vos blagues et utilisez-les plutôt hors de votre cadre de travail.
  • Le farceur : Le farceur se sert souvent de blagues concrètes pour obtenir une réaction de ses collègues. Qu'il s'agisse de courriels falsifiés, de farces et attrapes ou d'appels loufoques, son approche est habile et il cherche à duper les gens. Au travail, méfiez-vous de ce comique !
    • Conseil de Workopolis : Le jour du Poisson d'avril est fait pour vous ! Assurez-vous de bien connaître votre public ainsi que ses limites en matière d'humour. Avant de vous laisser aller, faites votre enquête pour savoir si votre patron tolérera que vous lui jouiez un tour. Comme votre humour consiste souvent à duper une personne à la fois, il serait bon de vous assurer que vos victimes sauront apprécier votre sens de l'humour.

Les règles de l'humour au travail
Même si chaque environnement de travail possède sa propre approche face à l'humour et aux blagues, Workopolis propose les conseils suivants à ceux qui prévoient faire des blagues en ce jour de Poisson d'avril, ou à tout autre moment de l'année :

  • Apprenez à connaître la culture de votre entreprise : Même s'il n'existe peut-être pas de règle officielle, commencez par faire votre propre recherche pour déterminer à quel point votre milieu de travail tolère les plaisanteries. Si elles ne sont pas largement acceptées, reconsidérez vos plans pour le 1er avril. Si le champ est libre, sachez établir des limites.
  • Identifiez les personnes à ne pas trop taquiner : Même si le trois quart des travailleurs québécois indique que leur milieu de travail tolère les blagues, est-ce le cas de votre patron ou de vos collègues ? Sachez reconnaître les personnes qui ont le sens de l'humour. Certaines personnes apprécieront votre humour et d'autre pas.
  • Connaissez les limites : Bien qu'il ne s'agisse que d'une blague, n'oubliez jamais que vous êtes au travail et qu'il serait sage d'user de votre bon jugement avant d'aller trop loin. Trouveriez-vous la blague drôle si elle vous était destinée ? Pourrait-elle être testée seulement sur certains collègues ? Si vous répondez non à l'une ou l'autre de ces questions, reconsidérez votre plaisanterie.
  • Sachez reconnaître le moment opportun : Même si vous travaillez dans un environnement qui encourage l'humour et les plaisanteries, il y a un temps et un lieu pour chaque chose. Avant de faire une blague, posez-vous des questions : Vos collègues sont-ils bousculés par une échéance ? Y a-t-il des clients ou des invités spéciaux dans vos     bureaux ? L'ambiance est-elle trop tendue ? Une blague risque-t-elle de faire dégénérer la situation ? Quel type de message enverrez-vous s'il s'agit de votre premier jour de travail et que vous êtes à l'origine d'une mauvaise plaisanterie ?
  • Sachez quoi faire si vous êtes allé trop loin : Bien que vous preniez toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que l'humour soit utilisé de manière appropriée au travail, vous pouvez tout de même obtenir un effet inverse que celui escompté. En premier lieu, identifiez ce qui a fait défaut : Est-ce que c'était le bon moment ? Avez-vous visé la mauvaise personne ? Si vous avez offensé quelqu'un en particulier, vous devriez lui présenter des excuses officielles.

À propos de Workopolis
Workopolis est la solution de cyber-recrutement et de recherche d'emploi la plus importante et la plus utilisée au Canada. Le site accueille plus d'un million de visiteurs uniques chaque mois au Québec et plus de 3,5 millions au Canada et contient deux fois plus d'offres d'emploi que le plus proche concurrent.

Workopolis offre un ensemble d'applications, de produits et de services bilingues primés aux petites et grandes entreprises canadiennes :

  • workopolis.comMC, plus important site de recherche d'emploi au Canada, contenant plus d'offres d'emplois, accueillant plus de visiteurs et d'employeurs que tout autre site d'emploi au Canada, et offrant des outils intuitifs de sélection et de puissants outils de recherche de curriculum vitæ dans des bases de données afin de permettre aux employeurs de trouver plus rapidement et plus efficacement les candidats qui répondent le mieux à leurs attentes;
  • workopolisCampus.com, plus important site de recherche d'emploi au Canada conçu à l'intention des étudiants et des nouveaux diplômés;
  • RH EnDirectMC, meilleure solution en matière gestion des candidatures au Canada, s'appuie sur la puissance de workopolis.com pour héberger les sites d'offres d'emploi des entreprises;
  • les clients de Workopolis ont aussi accès aux sites carrière spécialisés d'environ 100 associations professionnelles et commerciales.

Workopolis est le résultat d'un partenariat entre Toronto Star Newspapers Ltée et Gesca, éditeur de journaux, propriété de Power Corporation du Canada. Les bureaux de Workopolis sont situés à Vancouver, Calgary, Edmonton, Winnipeg, Guelph, Toronto, Ottawa, Montréal et Halifax.

Workopolis est le fournisseur officiel exclusif de services de recrutement de candidats en ligne pour les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2010 à Vancouver.

 

Pour de plus amples renseignements :
Natacha Gouveia / Miriam Lauzon
Capital-Image
514-739-1188, postes 224 / 235
ngouveia@capital-image.com
mlauzon@capital-image.com