Workopolis: Communiqués de presse

Qui peine au travail et qui travaille à peine ?

Un sondage Workopolis révèle que les Canadiens travaillent 145 heures supplémentaires chaque année

Le 28 août 2008 – Le nombre de travailleurs qui travaillent de 9 à 5 est très minime puisqu'au Canada, la population active est au bureau en moyenne près de trois heures de plus que ce que le patron demande chaque semaine, ce qui représente un total de 145 heures supplémentaires par année. C'est au Québec que l'on respecte le plus le fameux 37,5 heures semaine, bien que près du tiers des salariés québécois travaillent plus de 41 heures par semaine. Travailler beaucoup d'heures prouve-t-il nécessairement que l'on travaille fort ?

Pas réellement, révèle l'étude Workopolis sur les Canadiens qui travaillent le plus fort, puisque les trois principaux facteurs qui permettent de déterminer si l'on travaille fort sont : un haut niveau de responsabilité, un haut niveau de concentration ou d'effort intellectuel et une charge de travail plus lourde que la moyenne. Au Québec toutefois, on mesure également l'effort qu'exige un travail par le stress qu'il génère. En effet, 53 % des Québécois considèrent que les gens qui travaillent fort doivent endurer beaucoup de stress et 60 % admettent qu'ils considèrent qu'ils travaillent fort lorsqu'ils doivent composer avec ce fameux stress.

Dans l'ensemble, le tiers (32 %) des Canadiens affirment travailler « trop fort », alors que six Canadiens sur dix (59 %) pensent que leur niveau de travail est « adéquat ». Toutefois, 9 % avouent « ne pas travailler assez fort ». L'âge est un facteur important, puisque 40 % des répondants de 50 ans et plus disent travailler trop fort, alors que c'est le cas de seulement 20 % des répondants de 16 à 24 ans. L'enquête révèle que les Québécois se distinguent du reste du Canada puisqu'ils 71 % des répondants se disent satisfaits de leur charge de travail.

« De longues heures de travail ne se traduisent pas nécessairement par une augmentation de la productivité, souligne Gabriel Bouchard, vice-président, Planification stratégique, pour Workopolis. Les employés qui abattent énormément de travail durant de longues heures travaillent-ils réellement mieux ou plus intelligemment ? En fait, pourquoi s'acharner autant ? Y a-t-il des facteurs externes qui font pression sur les travailleurs ? »

Les raisons pour lesquelles nous travaillons fort

  • Les résultats du sondage indiquent que si les Canadiens travaillent fort, c'est parce que :
    • C'est ce qu'on attend d'eux (51 %)
    • C'est la nature de leur travail qui l'exige (48 %)
    • Il n'y a pas assez de personnel (41 %)
  • Le quart des répondants (25 %) indiquent qu'ils ne peuvent quitter le travail si tout n'est pas terminé, et près d'un autre quart (22 %) déclarent qu'ils travaillent fort pour des raisons financières.
  • Comme on pouvait s'y attendre, la pénurie de main-d'œuvre dans l'Ouest du Canada continue d'affecter le marché de l'emploi. C'est dans cette région que les répondants sont les plus susceptibles de dire qu'ils travaillent fort en raison d'un manque de personnel.
  • Les femmes ont plus tendance que les hommes à travailler fort pour prouver leur valeur (38 % comparativement à 31 %), tandis que les hommes sont plus susceptibles de le faire pour mousser leur carrière (37 % comparativement à 31 %).

Qui travaille le plus fort, vous ou votre patron ?
Six cadres sur dix (61 %) croient qu'ils travaillent plus fort que leurs subalternes. Pourquoi ? Parce que, selon eux, plus on a de responsabilités, plus on travaille fort.

Mais lorsqu'on demande aux subalternes si leur supérieur travaille plus fort qu'eux, seulement le quart des répondants répondent par l'affirmative. La plupart des travailleurs canadiens croient qu'ils travaillent aussi fort (45 %) ou plus fort (30 %) parce qu'ils parviennent à effectuer plus de travail dans leur journée.

Les cinq métiers où l'on travaille le plus fort
Les Canadiens se sont prononcés et la liste des cinq métiers où l'on travaille le plus fort selon l'étude sont :

  • Maman
  • Infirmière
  • Contrôleur aérien
  • Chirurgien
  • Pompier

Les raisons pour lesquelles chacune de ces occupations figure sur la liste varient. Le sondage révèle en effet que les mamans y occupent le premier rang parce qu'elles assument beaucoup de responsabilités et travaillent à des heures atypiques. Cependant, le stress, le niveau de concentration, l'effort physique et même le danger sont les facteurs essentiels qui expliquent la présence des quatre autres métiers sur la liste.

Comment évacuer la pression ?
Selon les résultats du sondage, les répondants ont recours à toute une variété de tactiques pour décompresser après leurs heures supplémentaires :

  • Prendre un peu de temps « pour soi » est la stratégie la plus populaire. Viennent ensuite faire de l'exercice, prendre une journée de congé, sortir prendre un verre ou déléguer davantage.
  • Certains répondants (15 %) prennent une journée de maladie lorsqu'ils travaillent trop fort et seulement un peu plus (22 %) discutent de la situation avec leur patron.
  • Les subalternes ont davantage tendance à demander l'aide de leurs collègues, alors que les cadres, eux, ont plus tendance à déléguer.

« S'il est important de trouver des tactiques pour évacuer le stress et la pression du travail, on doit toutefois agir si la situation se dégrade ou si elle est de longue durée, ajoute M. Bouchard. Les employés qui n'arrivent pas à supporter la pression doivent en parler à leur supérieur et leur demander de corriger la situation. Cela peut signifier l'embauche de personnel afin de mieux déléguer les tâches ou une redistribution du travail au sein de l'équipe, par exemple. »

Évaluez votre travail

  • Quelle proportion de votre journée consacrez-vous au travail véritable, et non seulement à être occupé ? Ne laissez pas les courriels sans intérêt et l'interminable ping-pong des messages téléphoniques sur les boîtes vocales prendre tout votre temps. Servez-vous de la technologie à bon escient pour vous aider à mieux travailler et non à travailler davantage.
  • Le manque de personnel n'est pas une raison suffisante pour vous tuer à la tâche, à moins que ce ne soit pour une courte période. Parlez à votre supérieur et dites-lui comment vous vous sentez.
  • Si vous êtes débordé, vous devriez peut-être consulter un conseiller en gestion du temps.

Les signes du surmenage
Les trois quarts (72 %) des répondants placent l'épuisement au sommet de la liste des principaux indicateurs de surmenage. Le stress, une vie déséquilibrée, le temps passé loin de sa famille et les trop longues journées de travail sont parmi les nombreux autres symptômes de surmenage ressentis au pays.

À la veille de la fête du Travail, il est bien de faire le point sur notre emploi actuel et d'évaluer notre parcours de carrière. Les Canadiens peuvent se rendre au  www.canadienslespluszeles.ca pour trouver d'autres renseignements et répondre à un jeu-questionnaire afin de savoir s'ils travaillent vraiment trop fort.

À propos de Workopolis
Workopolis est le principal fournisseur de solutions de cyberrecrutement et de recherche d'emploi au Canada. Le site accueille plus de 3,3 millions de visiteurs chaque mois au Canada et affiche deux fois plus d'offres d'emploi que son plus proche concurrent.

Workopolis offre un ensemble d'applications, de produits et de services bilingues parmi les meilleurs de l'industrie, dont :

  • De puissants outils de recherche de curriculum vitæ dans des bases de données et des outils de sélection intuitifs qui permettent aux employeurs de trouver plus rapidement et plus efficacement les candidats qui répondent le mieux à leurs attentes – grâce à ces outils, les usagés ont un taux de succès de 71 %.
  • Un portrait des industries spécialisées vues de l'intérieur et l'accès à plus de 100 associations professionnelles et commerciales.
  • Des alertes emploi et la rédaction de curriculum vitæ en ligne pour aider les chercheurs d'emploi à trouver celui qui leur convient.

Workopolis, dont le siège social est à Toronto, a des bureaux dans huit villes canadiennes. Workopolis est le résultat d'un partenariat entre les sociétés Toronto Star Newspapers Limited et Gesca Limitée, un éditeur de journaux appartenant à Power Corporation du Canada.

Workopolis est le fournisseur officiel exclusif des services de recrutement de candidats en ligne pour les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver de 2010 à Vancouver.

L'étude Workopolis sur les Canadiens qui travaillent le plus fort a été menée par Environics Research Group auprès de 4 107 Canadiens. Comme c'est souvent le cas, le sondage n'a pas été effectué au moyen d'entrevues auprès d'un échantillon aléatoire, mais plutôt auprès des visiteurs du site Workopolis invités à faire partie de l'échantillon. En conséquence, les théories statistiques utilisées pour calculer la marge d'erreur d'échantillonnage ne s'appliquent pas, et une telle marge ne devrait pas être citée.

Pour plus de renseignements ou pour prendre rendez-vous pour une entrevue, veuillez communiquer avec :

Miriam Lauzon ou Bellande Montour
Capital-Image
514 739-1188, poste 235 ou 247
mlauzon@capital-image.com ou bmontour@capital-image.com